Justin Bieber a frolé la mort… mais il revit

Saviez-vous que Justin Bieber a sorti un Album avec uniquement des chansons chrétiennes ? Saviez-vous qu’il s’est tourné vers le Christ ces dernières années, qu’il a quitté son style de vie libertin et s’est marié ? Qu’il a frôlé la mort à cause de la maladie de Lyme et de l’abus de drogues ? Qu’il est né d’une mère de 17 ans qui s’est battue contre la toxicomanie et a tenté de se suicider, mais a trouvé le Christ ? Que Justin a fait l’objet d’une prophétie juste avant sa grande percée ? Justin regrette tellement ce qu’il a fait de mal ? Qu’il avait tout pour lui mais qu’il se sentait seul et vide ?

Né à l’hôpital St. Joseph de London, dans l’Ontario4 au Canada, Justin Drew Bieber est l’enfant unique de Patricia Lynn (née le 2 avril 1975)6, d’origine canadienne française, et de Jeremy Jack Bieber (né le 4 juin 1975)- devenus ses parents à seulement 18 ans, et qui n’ont jamais été mariés. Ses parents se séparent peu après sa naissance ; il est alors principalement élevé par sa mère, qui enchaîne les emplois mal payés, et ses grands-parents maternels, Diane et Bruce Mallette. À cette époque, sa mère se bat contre l’addiction aux substances illicites, la dépression et des traumatismes dus aux agressions sexuelles dont elle a été victime durant son enfance et adolescence. Il a des origines canadiennes françaises, irlandaises, allemandes, écossaises et anglaises.

En septembre 2019, Justin Bieber reconnaît avoir consommé de nombreuses substances illicites de ses 18 ans jusqu’à ses 20 ans229. Dès l’âge de 13 ans, il commence à consommer du cannabis. Au fil des années, il développe une forte addiction pour la cocaïne, les champignons hallucinogènes, l’alcool, le Sizzurp, les antidépresseurs et l’ecstasy. Il révèle alors que ses nombreuses addictions l’ont conduit à faire « de mauvais choix », ainsi qu’à avoir « un comportement abusif envers ses ex-petites-amies » : « J’ai commencé à me droguer et à abuser émotionnellement des autres à l’âge de 18 ans. J’étais plein de ressentiment, irrespectueux envers les femmes, et colérique. Je me suis montré distant avec toutes les personnes qui m’aimaient, puis je me suis caché derrière une carapace. J’avais l’impression de ne jamais pouvoir être autrement.

En janvier 2020, le chanteur déclare qu’il a voulu changer et devenir sobre, le jour où il a cru mourir : « Toutes les nuits, mes gardes du corps et mon équipe venaient surveiller mon pouls […] Les gens ignorent complètement à quel point tout était dingue à cette époque. Mon premier réflexe en me levant tous les matins était de prendre des médicaments et fumer un joint. C’est comme ça que je commençais mes journées. C’était flippant. »

I need you to hold on
Heaven is a place not too far away
We all know I should be the one
To say we all make mistakes (We all make mistakes)
Take my hand and hold on (Hold on)
Tell me everything that you need to say
‘Cause I know how it feels to be someone (Ooh, yeah)
Feels to be someone who loses their way


J’ai besoin que tu t’accroches
Le paradis est un endroit pas trop éloigné
Nous savons tous que je devrais être celui
Pour dire que nous faisons tous des erreurs
Prends ma main et tiens bon
Dis-moi tout ce que tu as besoin de dire
Car je sais ce que ça fait d’être quelqu’un (Ooh, yeah)
Ce que ça fait d’être quelqu’un qui perd son chemin

La pandémie du Corona virus fait reculer la mondialisation

 

Covid, mondialisation et commerce: quel avenir? Interview de Pascal Lamy

Selon Pascal Lamy ancien commissaire européen et directeur de lOMC Organisation Mondiale du Commerce, le protectionisme et le précautionisme est à la mode. Trés grosse chutte du commerce mondiale et relocalisation. Reconfigurer la mondialisation. Selon lui une autre forme de globalisation arrive. Le protectionisme est en train de se déplacer de la protection des producteurs vers la protection des gens.

 

Des chercheurs israéliens disent avoir trouvé un moyen de freiner la croissance des cellules cancéreuses

Un groupe de chercheurs de l’Université Ben Gourion du Néguev a mis au point une nouvelle molécule qui, selon eux, inhibe la croissance des cellules cancéreuses et les reprogramme également pour être non cancéreuses.

Le nouveau traitement est basé sur l’inhibition de la production d’une protéine, le canal anion-sélectif voltage-dépendant 1 (VDAC1), dont les niveaux fortement augmentés sont trouvés dans beaucoup de tumeurs solides et non-solides.

Les chercheurs ont ainsi développé une molécule appelée siRNA, qui, lorsqu’elle est appliquée sur les cellules, a été trouvée pour arrêter la croissance des cellules cancéreuses et lorsqu’elle est appliquée à des souris avec des tumeurs, elle a causé le rétrécissement de la tumeur. Non seulement cela, a expliqué Shoshan-Barmatz, on a constaté que les cellules retournaient «à leur état normal d’origine».

L’étude a été menée sur des modèles in vitro et murins de cancer du cerveau, de cancer du poumon et de cancer du sein.

 

Lire l’article complet en anglais sur le site Time of Israel