Initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination) »

Les Suisses voteront le 25 novembre sur l’initiative de l’UDC dite d’autodétermination.

Voici le texte de l’initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers » (initiative pour l’autodétermination):

La Constitution fédérale est modifiée comme suit:

Art. 5, al. 1 et 4
1 Le droit est la base et la limite de l’activité de l’Etat. La Constitution fédérale est la source suprême du droit de la Confédération suisse.

4 La Confédération et les cantons respectent le droit international. La Constitution fédérale est placée au-dessus du droit international et prime sur celui-ci, sous réserve des règles impératives du droit international.

Art. 56a Obligations de droit international
1 La Confédération et les cantons ne contractent aucune obligation de droit international qui soit en conflit avec la Constitution fédérale.

2 En cas de conflit d’obligations, ils veillent à ce que les obligations de droit international soient adaptées aux dispositions constitutionnelles, au besoin en dénonçant les traités internationaux concernés.

3 Les règles impératives du droit international sont réservées.

Art. 190 Droit applicable
Le Tribunal fédéral et les autres autorités sont tenus d’appliquer les lois fédérales et les traités internationaux dont l’arrêté d’approbation a été sujet ou soumis au référendum.

Art. 197, ch. 12
12. Disposition transitoire ad art. 5, al. 1 et 4 (Principes de l’activité de l’Etat régi par le droit), art. 56a (Obligations de droit international) et art. 190 (Droit applicable)

À compter de la date de leur acceptation par le peuple et les cantons, les art. 5, al. 1 et 4, 56a et 190 s’appliquent à toutes les dispositions actuelles et futures de la Constitution fédérale et à toutes les obligations de droit international actuelles et futures de la Confédération et des cantons.

Mon opinion sur cette initiative.

Avant cette initiative, je pensais que le droit suisse était supérieur au droit international. Cette initiative montre que malgrés les votations et la démocratie, le peuple suisse n’est pas totalement souverain.

On dit qu’il y aurait une menace sur les droits de l’homme. D’un point de vu purement logique pourquoi le droit suisse serait contre les droits de l’homme ? Le droit international est-il vraiment plus humain ? N’est-il pas conclu et signé entre puissant avec l’incluence des lobbys. Certains traités sont imposés contre la population.

Pourquoi je suis pour cette initiative. Simplement parce que le droit suisse est plus démocratique que le droit international. Le droit international est décidé entre puissant avec une forte influence des financiers et grandes sociétés qui dominent le monde. La démocratie n’est pas une valeur solide internationalement. Le peuple n’a pas son mot à dire dans ces traités mais sont signés en cachette entre riches et puissants.

Le 25 novembre 2018 le peuple suisse se déterminera sur cette question

Demander de l’argent dans la rue sera interdit dans la canton de Vaud en Suisse.

A partir du 1er novembre 2018 la mendicité sera interdite dans le canton de Vaud.

Une amende entre 50 et 100 francs sanctionnera les contrevenants. Le Conseil d’Etat proposera cependant un régime d’exception pour la mendicité exceptionnelle.

Par ailleurs, celui qui envoie mendier des personnes de moins de 18 ans ou dépendantes, qui organise la mendicité d’autrui ou qui mendie accompagné d’une ou de plusieurs personnes mineures ou dépendantes, sera puni d’une amende de 500 à 2000 francs.

On peut se poser la question de savoir comment vont faire les gens qui auront cette amende pour pouvoir la payer. Vont-il faire la manche.

S’il vous plait … Vous avez un ou deux francs pour payer mon amende que j’ai eu parce que je faisait la manche…

Morges

Morges bénéficie d’une situation privilégiée au bord du Lac Léman, face au majestueux Mont-Blanc. Morges et son château vivent au rythme des fleurs toute l’année, et particulièrement au printemps lors de la Fête de la Tulipe ou du Quai des Dahlias en été.

Morges, petite ville fleurie de 15’000 habitants, s’est développée sur les rives du Lac Léman face au majestueux Mont-Blanc. Sa Grand Rue piétonne, au cœur de la vieille ville, accueille marchés et commerces animés, où les restaurants servent les vins du plus grand lieu de production du Canton : le vin Morges AOC.

Morges héberge depuis 1921 l’école d’agriculture et de viticulture sur le site de Marcelin. Les apprentis agriculteurs, viticulteurs et caviste, bénéficient, d’un verger, d’un vignoble et d’une cave pédagogiques leurs permettant d’exercer leurs nouvelles compétences.

En Avril mai il y a le festival de la tulipe à Morge en ce début mai certaines ne sont pas encore fanées.

 

Initiative Monnaie pleine

Tous les 3 mois les suisses votent sur des sujets variés. Le 10 juin 2018 ils se prononceront sur l’initiative monnaie pleine. Initiative car ce réréférendum est d’initiative populaire

QUI DOIT CRÉER NOTRE ARGENT:
LES BANQUES PRIVÉES OU LA BANQUE NATIONALE ?

Aujourd’hui 90% de notre argent est créé par les banques privées.
Oui à l’initiative Monnaie Pleine: émission monétaire uniquement par la Banque national

a monnaie pleine n’est pas une nouveauté. Nous la connaissons tous sous forme d’argent liquide. Elle est émise et garantie par la Banque nationale (billets de banque) et par la Confédération (pièces de monnaie) en tant que moyen de paiement légal. Mais aujourd’hui, 90 % de l’argent qui circule est de la monnaie scripturale virtuelle, que les banques créent elles-mêmes. Nous l’utilisons lorsque nous payons par voie « électronique », soit par e-banking ou par carte. Nos « avoirs en banque » ne sont donc que des promesses de paiement des banques. Nul ne sait dans quelle mesure ils nous serons remboursés en cas de crise bancaire. Nous avons pourtant tous droit à de l’argent sûr !

L’initiative Monnaie pleine garantit que notre argent sera toujours constitué de francs suisses sûrs, indépendamment de sa forme – pièces de monnaie, billets de banque ou monnaie scripturale électronique. Le peuple a remis le droit exclusif d’émettre les billets de banque à la Banque nationale en 1891 déjà. L’initiative Monnaie pleine étend ce système éprouvé à la monnaie scripturale, qui est aujourd’hui la plus utilisée, pour qu’elle devienne identique à l’argent liquide, mais sous forme électronique.

Seule la Banque nationale sera alors encore habilitée à créer notre franc suisse. Gardienne indépendante de la stabilité monétaire et financière, elle le mettra en circulation dans l’intérêt général du pays, comme le prévoit son mandat. Dans le cadre de sa politique de stabilité, la Banque nationale attribuera, sans dettes, l’argent nouvellement créé à la Confédération et aux cantons ou directement aux citoyens. Les bénéfices générés par la création monétaire profiteront ainsi à la collectivité tout entière.

L’approvisionnement des entreprises et des ménages en crédits sera garanti puisque la Banque nationale pourra continuer d’octroyer des prêts aux banques. Grâce à ses compétences nouvelles, la Banque nationale évitera toute pénurie de crédit ou pléthore d’argent. Elle pourra ainsi mieux protéger notre économie contre les crises financières.

La monnaie pleine rendra l’argent électronique aussi sûr que de l’argent liquide dans un coffre et servira de base solide pour notre économie. OUI à l’initiative Monnaie pleine !