Au Mormont Holcim reçoit une autorisation d’exploiter pour 5 ans de plus

Le Département de l’environnement et de la sécurité reconduit l’autorisation d’exploiter la carrière du Mormont dont l’échéance était fixée au 30 juin 2022. Cette prolongation, conforme au cadre légal en vigueur, assure la poursuite de l’approvisionnement de la cimenterie pour une durée maximale de cinq ans.

Le permis d’exploiter la carrière du Mormont arrive à échéance le 30 juin 2022. Afin d’assurer le maintien de l’approvisionnement en calcaire de la cimenterie, Holcim (Suisse) SA a déposé une demande de prolongation du permis auprès de la Direction générale de l’environnement en décembre 2021.

 

Cette demande de prolongation du permis a été jugée conforme au dossier d’enquête initiale et aux décisions du Département de la sécurité et de l’environnement ainsi que de celui des infrastructures du 16 juin 2000. Après examen, l’autorisation a été reconduite, pour une durée maximale de cinq ans, qui permet une extraction d’environ un million de m3. L’exploitation continuera à se déployer dans le périmètre et selon les conditions inscrites prévues par le Plan d’affectation cantonal (PAC) et le plan d’extraction.

Quant à la poursuite ultérieure de l’exploitation dans le nouveau plan d’extraction « La Birette », il est rappelé qu’un arrêt du Tribunal fédéral est toujours attendu.

Enfin des réflexions en vue du comblement des carrières ouvertes sont également en cours.

 

Source

En 2020 des militants avaient protesté contre cette carrière en organisant une Zad

La police avait engagé des moyens énorme pour évacuer ces jeunes venus défendre ce site Lire plus

BTP construction ERP

La transformation numérique dans le BTP

Le secteur du BTP a commencé à se mettre lentement au numérique depuis une dizaine d’années, donc bien avant la crise du Covid 19. L’adoption d’un ERP BTP est un bon exemple de cette évolution. Cependant, la pandémie a fait de ce changement une nécessité. Le secteur a donc été catapulté vers une nouvelle normalité. La digitalisation était l’un des remèdes suggérés depuis longtemps par les professionnels pour améliorer la productivité. Covid ou pas, le secteur se devait d’évoluer, et vite.

La transformation numérique dans le bâtiment et les travaux publics est une cause qui me tient à cœur depuis longtemps. A maintes reprises j’ai abordé cette question sur mon blog. Voici quelques statistiques pour mieux comprendre ma position.

1) Le BTP a connu une maigre croissance de la productivité au cours des deux dernières décennies.
2) La transformation numérique peut entraîner des gains de productivité de 14% à 15% et une réduction des coûts de 4% à 6%.

Il est prouvé que les innovations numériques peuvent rationaliser les processus sur les chantiers et apporter des changements favorables. Ce qui m’amène à dire que, qu’on le veuille ou non, l’avenir appartient au numérique. Entre parenthèse je ne mésestime pas les perturbations que cela peut générer dans un premier temps dans les entreprises, puisqu’on parle de remodeler les processus de travail.

L’adoption du numérique grâce à un logiciel de gestion de travaux signifie faire des devis en déboursés en utilisant le module Etudes de prix d’un ERP. Ainsi au lancement du chantier, le devis devient un budget travaux qui peut être remanier par le conducteur de travaux. Cela signifie disposer de tablettes pour le pointage des salariés et des matériels sur le chantier, qui seront directement intégrés dans l’ERP. Et bien d’autres choses encore.

Plusieurs facteurs freinent la digitalisation dans le BTP.

D’abord on sait que les êtres humains résistent au changement. C’est un phénomène intrinsèque. Pendant des décennies, et je ne remonterai pas au temps des cathédrales, le secteur de la construction a fonctionné de la même façon. Aujourd’hui encore, on voit beaucoup d’entreprises recourir à des méthodes basées sur le papier et le crayon, au mieux en utilisant des tableurs Excel. Cette inertie est l’un des principaux facteurs qui ont empêché le changement. Cet état d’esprit est-il en train de changer après l’épisode du Covid 19 ? Il est tôt pour le dire.

Je peux comprendre qu’abandonner des méthodologies ancestrales est un bouleversement. Pour certaines entreprises qui sont déjà à court de trésorerie, ce changement est un risque qu’elles ne sont pas prêtes à prendre. D’abord il faudrait commencer par la rédaction d’un cahier des charges ERP pour identifier les besoins en termes de gestion de chantier. Ensuite il existe une question générationnelle chez les conducteurs de travaux. Les plus jeunes sortis d’études supérieures y sont très favorables, car ils y ont été sensibilisés. C’est plus compliqué pour les conducteurs qui se sont formés sur le tas, en ayant commencé comme chefs de chantier par exemple.

Par ailleurs on constate que la main-d’œuvre est en train de vieillir dans le secteur, malgré tous les efforts des Fédérations du BTP pour attirer des jeunes sur ces métiers. Or avec l’âge, on ne s’adapte pas vraiment (voir pas du tout) lorsqu’il s’agit de modifier ses processus de travail. Pendant le Covid le secteur a perdu beaucoup de salariés (même chose que dans l’hôtellerie restauration en fait) et seule une partie a été « récupéré » avec le déconfinement. Je ne connais pas l’âge médian d’un travailleur du BTP actuellement mais il me semble qu’il s’approche des 40 ans.

Heureusement les priorités sont en train de changer dans le secteur. De plus en plus d’entreprises pensent à la transformation numérique pour leurs processus. On constate un intérêt et des investissements accrus en R&D dans les technologies de l’informatique. Toutefois, ces avancées sont encore balbutiantes.

Le retard pris en comparaison d’autres secteurs est important. Beaucoup de chantiers restent rivés à des processus manuels et très physiques, ce qui implique beaucoup de temps de travail consommé sans valeur ajoutée. Les dépassements de coûts et de délais sont la norme dans le secteur du BTP, avec toutes les implications sur les budgets. Certes ce n’est pas nouveau, mais la possibilité d’un amélioration reste un rêve lointain pour beaucoup d’entreprises.

L’année en cours marquera-t-elle le début de la numérisation massive du secteur du bâtiment et des travaux publics ? L’avenir le dira.

Michel Campillon lire plus…

RCCG

La plus grande église du monde se trouve à Lagos Nigéria

Le Nigéria est un pays trés dangereux, les islamistes font souvent parlé d’eux. C’est à Lagos qu’une Eglise de 9km2 est en construction. RCCG Redeemed Christian Church of God  Une place de 3km sur 3 km pour recevoir un nombre invraissemblable de personnes de plus d’un milion de personnes. Le site wikipédia qui classe les plus grandes églises (auditorium) du monde classe cette église hors catégorie car elle ressemble à un campement.  Lire la page wikipedia sur les plus grandes église auditorium du monde

On peut voir dans cette vidéo l’immensité de cet endroit.

Hubzilla

Hubzilla sort la version 7.4

La version 7.4 de la plus célèbre plateforme sociale utilisant une identité nomade #hubzilla vient de sortir

Hubzilla est un logiciel multifonction fédéré ayant la particularité d’avoir une identité nomade.  Il propose un réseau social avec les principaux protocoles fédérés (ActivityPub, Zap et Diaspora), forums, wiki, CMS, Agenda, gestion et partage de photos et de fichiers.  Il peut faire la même chose que nextcloud avec une synchronisation de fichiers. Il est surtout connu pour sa possibilité sociale et nomade lui donnant la possibilité de cloner son compte et d’utiliser pour le même compte deux ou plusieurs serveurs (url).  Cela le rend particulièrement robuste et trés sécurisé.

La principale nouveauté de cette version est de déplacé le wiki et les articles du coeur pour en faire des plugin.  Une refonte profonde du code a aussi été faite pour le rendre plus actuel et souple .

 

En savoir plus sur le protocole nomade zot

 

 

Kalush Orchestra – Stefania

Le concours de la chanson européenne a été gagné par l’Ukraine en 2022. Bizarement on avait anticipé cette victoire. Cela fait penser à un concours truqué.

Bon cette chanson est mélodique et originale. Cela change des autres pays qui chantent presque tous en anglais. Et l’Ukrainien est une si belle langue

Стефанія мамо, мамо Стефанія
Розквітає поле, а вона сивіє
Заспівай мені, мамо, колискову
Хочу ще почути твоє рідне слово
Вона мене колисала, дала мені ритм
І, напевне, силу волі не забрати в мене, бо дала вона
Напевне, знала, може, більше і від Соломона
Ломаними дорогами прийду я завжди до тебе
Вона не розбудить, не будить, мене в сильні бурі
Забере в бабулі дві дулі, ніби вони кулі
Дуже добре знала мене, не була обманута
Як була дуже втомлена, гойдала мене в такт
Люлі, люлі, люлі, гой!
Стефанія мамо, мамо Стефанія
Розквітає поле, а вона сивіє
Заспівай мені, мамо, колискову
Хочу ще почути твоє рідне слово
Я не в пеленах, но ма, но ма, хватить
Як би я не виріс, на виріст за речі платить
Я не мала дитина, вона далі нерви тратить
Я гуляв, шляк би тебе трафив!
Ти все молода, о мамо, на піку
Якщо не ціню опіку на піку слави, мені в тупіку
Забивайте піку, цю піку, я би попік, спік, своєю любов’ю
Люлі, люлі, люлі, гой!
Стефанія мамо, мамо Стефанія
Розквітає поле, а вона сивіє
Заспівай мені, мамо, колискову
Хочу ще почути твоє рідне слово
Стефанія мамо, мамо Стефанія
Розквітає поле, а вона сивіє
Заспівай мені, мамо, колискову
Хочу ще почути твоє рідне слово

Voici la traduction en français

Maman Stéphanie, maman Stéphanie
Le champ fleurit, et il devient gris
Chante-moi une berceuse, maman
Je veux toujours entendre ton mot natif
Elle m’a bercé, m’a donné un rythme
Et, probablement, la force de volonté ne me sera pas enlevée, car elle a donné
Elle en savait probablement plus que Salomon
Je viendrai toujours à toi sur des routes défoncées
Elle ne me réveillera pas, elle ne me réveillera pas, dans les fortes tempêtes
Il prendra deux muselières à sa grand-mère, comme s’il s’agissait de balles
Elle me connaissait très bien, elle ne s’est pas trompée
Comme j’étais très fatigué, elle m’a bercé dans le temps
Luli, luli, luli, goy !
Maman Stéphanie, maman Stéphanie
Le champ fleurit, et il devient gris
Chante-moi une berceuse, maman
Je veux toujours entendre ton mot natif
Je ne suis pas en couches, mais maman, mais maman, ça suffit
Peu importe comment je grandis, je paie pour des choses quand je serai grand
Je n’ai pas eu d’enfant, elle continue de s’emporter
Je marchais, des scories te frapperaient!
Tu es toute jeune, oh maman, au sommet
Si je n’apprécie pas les soins de l’apogée de la gloire, je suis dans une impasse
Tue le pic, ce pic, je brûlerais, brûlerais, avec ton amour
Luli, luli, luli, goy !
Maman Stéphanie, maman Stéphanie
Le champ fleurit, et il devient gris
Chante-moi une berceuse, maman
Je veux toujours entendre ton mot natif
Maman Stéphanie, maman Stéphanie
Le champ fleurit, et il devient gris
Chante-moi une berceuse, maman
Je veux toujours entendre ton mot natif