Joyeux Noel

C’est déjà Noël

Aujourd’hui c’est déjà le 25 décembre et c’est . Une fête religieuse basée sur une fête payenne toujours trés populaire chez nous.

L’origine de Noël n’est pas clairement établie. Mais on sait que Noël est né dans des temps très anciens, en marge du solstice d’hiver. Une période charnière, pendant laquelle avaient lieu, dès l’antiquité, de nombreuses célébrations vouées au culte du dieu des semailles et de la fertilité, Saturne. Les « Saturnales », qui se déroulaient du 17 au 24 décembre, semblent avoir un lien incontestable avec la « Nativité », née quant à elle avec la chrétienté. Il n’y a en effet aucune certitude quant au jour exact de la naissance de Jésus. La date du 25 décembre n’a été arrêtée qu’en 354, par le Pape Libère…

Bref chacun comprend que noël c’est une fête qui célébre la naissance de Jésus.

On ne peut pas comprendre l’oeuvre de Jésus sans une nouvelle naissance  (lire jean 3: 3) et un renouvellement de l’intelligence. C’est impossible de comprendre avec un intelligence humaine. Jésus veut dire sauveur. Le concept profond est le salut. Cela veut dire qu’il y a une perdition. On ne peut pas comprendre la base de la foi chrétienne si on ne comprend pas ce concept de perdition ou de mort. La mort étant la séparation avec Dieu.

Nous sommes évidement naturellement loin de Dieu. On ne croit pas que Dieu existe. Et si il existe (peut être), cela ne change rien. On prie mais ça marche pas. Pourquoi ? Simplement parce qu’il y a un mur entre nous et Dieu. Aussi on a inventé les religions en pensant que peut être on va pouvoir atteindre Dieu. Mais ça marche pas. La religion de la Bible (Judaisme) est basé sur la loi. Si tu fait quelque chose contre la loi, il y a des conséquences. C’est trop difficile à appliquer. Et on n’y arrive pas. Les autres religions comme le christianisme, l’islam ou la boudhisme etc… ne servent pas beaucoup. On est toujours loin de Dieu. On se rapproche d’un mètre alors qu’il se trouve à des milliards de milliards de kilomètres.

Bref on ne peut pas atteindre Dieu, lui parler, l’entendre. On ne peut pas entrer en relation avec lui. C’est cela la perdition.

La seule solution c’est Jésus. Il a payé pour que nous puissions retrouver la relation avec Dieu. Si on le veut. Il nous laisse libre. Dieu ne nous force pas. Jésus c’est le seul chemin pour aller à Dieu. C’est le seul moyen de salut. Jésus signifie Sauveur.

Evidement humainement on ne comprend pas ces concepts. Il nous faut une révélation. Si malgrés tout vous êtes curieux. Cherchez par vous même. Lisez la Bible. Jésus est le commencement et la fin. L’alpha et l’oméga. Dans le dernier verset de la Bible vous trouvez le mot Jésus. Et que trouvez vous dans le 1er verset du nouveau testament ? le nom de Jésus. Que trouvez vous dans le 1er verset de la Bible ? Le mot ‘commencement’. Jésus est le commencement.

Bref Noël c’est la naissance de Jésus le plus grand de tous les juifs.

Noël c’est la célébration de la naissance de Jésus. C’est la célébration du commencement de Jésus en tant qu’homme. Jésus est le commencement. J’ai volontairement remplacé le mot naissance par commencement. Jésus était avant. Il EST. Il est le JE SUIS.

Que vous soyez croyant ou pas. Joyeux Noël et bonnes fêtes.

Michel-Yves Bolloré – « La science peut-elle prouver l’existence de Dieu ? »

Michel-Yves Bolloré parle de son livre Dieu La Science les preuves. Ce n’est pas un livre qui parle de religion ni de foi. La seule question que pose ce livre est : Est-ce que Dieu existe ?

Qu’est ce que la science peut apporter à cette question. Contrairement à ce qu’on entend dire la majorité des scientifiques américain croient en Dieu.

  • L’univers a un début et une fin.
  • L’univers est construit sur des réglages incroyablement compliqués qui n’a pas pu se faire ‘tout seul’ par le hasard.
  • Il est impensable que la première cellule vivante soit venu à partir de molécule et d’atome.

Selon ce livre la science historique a aussi fait des progrés. Et l’idée de croire que Jésus était un homme comme les autres n’est plus crédible. L’existence de Jésus pose un problème aux historiens.