BTP construction ERP

La transformation numérique dans le BTP

Le secteur du BTP a commencé à se mettre lentement au numérique depuis une dizaine d’années, donc bien avant la crise du Covid 19. L’adoption d’un ERP BTP est un bon exemple de cette évolution. Cependant, la pandémie a fait de ce changement une nécessité. Le secteur a donc été catapulté vers une nouvelle normalité. La digitalisation était l’un des remèdes suggérés depuis longtemps par les professionnels pour améliorer la productivité. Covid ou pas, le secteur se devait d’évoluer, et vite.

La transformation numérique dans le bâtiment et les travaux publics est une cause qui me tient à cœur depuis longtemps. A maintes reprises j’ai abordé cette question sur mon blog. Voici quelques statistiques pour mieux comprendre ma position.

1) Le BTP a connu une maigre croissance de la productivité au cours des deux dernières décennies.
2) La transformation numérique peut entraîner des gains de productivité de 14% à 15% et une réduction des coûts de 4% à 6%.

Il est prouvé que les innovations numériques peuvent rationaliser les processus sur les chantiers et apporter des changements favorables. Ce qui m’amène à dire que, qu’on le veuille ou non, l’avenir appartient au numérique. Entre parenthèse je ne mésestime pas les perturbations que cela peut générer dans un premier temps dans les entreprises, puisqu’on parle de remodeler les processus de travail.

L’adoption du numérique grâce à un logiciel de gestion de travaux signifie faire des devis en déboursés en utilisant le module Etudes de prix d’un ERP. Ainsi au lancement du chantier, le devis devient un budget travaux qui peut être remanier par le conducteur de travaux. Cela signifie disposer de tablettes pour le pointage des salariés et des matériels sur le chantier, qui seront directement intégrés dans l’ERP. Et bien d’autres choses encore.

Plusieurs facteurs freinent la digitalisation dans le BTP.

D’abord on sait que les êtres humains résistent au changement. C’est un phénomène intrinsèque. Pendant des décennies, et je ne remonterai pas au temps des cathédrales, le secteur de la construction a fonctionné de la même façon. Aujourd’hui encore, on voit beaucoup d’entreprises recourir à des méthodes basées sur le papier et le crayon, au mieux en utilisant des tableurs Excel. Cette inertie est l’un des principaux facteurs qui ont empêché le changement. Cet état d’esprit est-il en train de changer après l’épisode du Covid 19 ? Il est tôt pour le dire.

Je peux comprendre qu’abandonner des méthodologies ancestrales est un bouleversement. Pour certaines entreprises qui sont déjà à court de trésorerie, ce changement est un risque qu’elles ne sont pas prêtes à prendre. D’abord il faudrait commencer par la rédaction d’un cahier des charges ERP pour identifier les besoins en termes de gestion de chantier. Ensuite il existe une question générationnelle chez les conducteurs de travaux. Les plus jeunes sortis d’études supérieures y sont très favorables, car ils y ont été sensibilisés. C’est plus compliqué pour les conducteurs qui se sont formés sur le tas, en ayant commencé comme chefs de chantier par exemple.

Par ailleurs on constate que la main-d’œuvre est en train de vieillir dans le secteur, malgré tous les efforts des Fédérations du BTP pour attirer des jeunes sur ces métiers. Or avec l’âge, on ne s’adapte pas vraiment (voir pas du tout) lorsqu’il s’agit de modifier ses processus de travail. Pendant le Covid le secteur a perdu beaucoup de salariés (même chose que dans l’hôtellerie restauration en fait) et seule une partie a été « récupéré » avec le déconfinement. Je ne connais pas l’âge médian d’un travailleur du BTP actuellement mais il me semble qu’il s’approche des 40 ans.

Heureusement les priorités sont en train de changer dans le secteur. De plus en plus d’entreprises pensent à la transformation numérique pour leurs processus. On constate un intérêt et des investissements accrus en R&D dans les technologies de l’informatique. Toutefois, ces avancées sont encore balbutiantes.

Le retard pris en comparaison d’autres secteurs est important. Beaucoup de chantiers restent rivés à des processus manuels et très physiques, ce qui implique beaucoup de temps de travail consommé sans valeur ajoutée. Les dépassements de coûts et de délais sont la norme dans le secteur du BTP, avec toutes les implications sur les budgets. Certes ce n’est pas nouveau, mais la possibilité d’un amélioration reste un rêve lointain pour beaucoup d’entreprises.

L’année en cours marquera-t-elle le début de la numérisation massive du secteur du bâtiment et des travaux publics ? L’avenir le dira.

Michel Campillon lire plus…

Emmanuel Macron ou Marine LePen

Les sondages avaient vu juste. Le 2e tour de l’élection présidentielle en France propose Emmanuel Macron ou Marine LePen.  On a l’impression que l’histoire se répète.

La démocratie en France se résume à une élection tous les 5 ans. Un véritable théatre. Pourtant il faut avoir à l’esprit que la France n’est plus indépendante ou souveraine. Les lois viennent de la commission européenne qui demande aux états de faire telle ou telle réforme. Par exemple elle a demandé à la France de faire une réforme des retraites et du chômage.

Macron est haït par une bonne partie de la population mais LePen a toujours une image d’extrème droite à cause de son père.  Voici quelques éléments pour choisir.

Macron est le pire président de la 5e république

  • Il ne cherche pas l’intérêt de la France encore moins celui des français
  • Il privilégie un petit groupe : les mondialistes, les européistes, les riches les multinationales…
  • Il continuer à couper afaiblir les services publics (hopitaux, sécurité social, école)
  • Economiquement il a augmenté le déficit de la France de 80% à 120%
  • La France est contributeur net dans l’Union européenne mais il n’a pas cherché à avantager la France. Le plan de relance en a été la preuve. La France a versé 80 milliards et va recevoir 40 milliards conditionnés à des réformes structurels.
  • Il a institué la discrimination avec le passe sanitaire en emerdant les non vaccinés. Le vaccin a eu une efficacité limité que pour une partie de la population en diminuant le nombre de cas grave. Chez les jeunes il ne sert à rien.
  • On oublie pas le mépris contre les gilets jaunes avec le speudo débat et ses cahiers de coléances qui ont été mis à la poubelle

Marine Lepen a toujours une image d’extrème droite.

A regarder son programme on a l’impression qu’elle serait plutôt à gauche.

  • Elle veut instituer un RIC Référendum d’Initiative Citoyenne
  • Elle veut réintégrer les soignants virés car non vaccinés.
  • Elle veut réserver les aides sociales aux étrangers qui ont déjà travaillé.
  • Elle cherche l’intérêt de la France
  • Baisse de la TVA sur les produits énegétiques
  • Renationaliser les autoroutes
  • Aider les mères célibataires
  • Renforcer le droit des handicapés
  • Indexer les retraites sur l’inflation
  • Revaloriser le minimum vieillesse à 1 000 € par mois et augmenter les petites retraites
  • Assurer l’indépendance énergétique de la France
  • Garantir aux paysans des prix respectueux de leur travail
  • Arrêter les fermetures des lits à l’hôpital public et des maternités
  • Revaloriser les salaires des personnels soignant
  • Revaloriser les salaires des enseignants et refonder leur formation.Les français vont-ils reconduire encore 5 ans un président qui ne cherche pas l’intérêt de son pays ? Avant de voter pour Macron par défaut car Marine LePen a une image négative historique, il faut réfléchir.

L’heure que l’Europe devrait avoir

heure

On parle depuis longtemps de garder toute l’année la même heure et de ne plus changer deux fois par an l’heure. La question est faut -il garder l’heure d’hiver ou l’heure d’été.

Rappel en hivers la France a une heure d’avance par rapport au soleil et en été deux heures. Sur cette carte, est kheure qui se rapprocherait le plus de l’heure solaire.  On y voit 3 fuseaux horaire. Heure d’Europe de l’ouest (UTC) avec le Royaume Uni, la France et l’Espagne. Au milieu CET L’Heure d’Europe central (CET) c’est l’heure UTC+1. Actuellement c’est l’heure d’hivers. Et l’heure d’Europe de l’Est (UTC+2)

Guerre en Ukraine réflexion aprés un mois

Voici maintenant presque un mois que la Russie a envahit l’Ukraine et les nouvelles arrivent et une propagande qui va avec. Cela nous empèche de nous faire un avis équilibré.

Dans toutes les guerres il y a une raison. La raison doit être légitime. Par exemple pendant la 2e guerre mondiale c’était libérer et chassez les Nazis.  On présente un méchant et cela justifie une intervention militaire.

Pour l’Ukraine c’est un peu comme cela. La Russie justifie son opération spécial en libérant l’Ukraine des Nazis. (Rien que ça). Le pouvoir russe continue a justifier l’attaque de l’Ukraine par la présence de groupe Nazis. L’autre argument est de protéger les habitants russes du Dombas qui étaient ‘attaqué par les Ukrainiens’. Ce qui est bizarre est que l’autre justification n’est pas souvent entendu. Celle de bloquer l’avancer de l’OTAN.

De l’autre coté (USA et Europe) on présente cette guerre comme une volonté d’intégrer l’Ukraine à la Russie. c’est vrai que les peuples Ukrainien et Russe sont liés et que cette pensée aurait pu se faire. Mais une guerre est-elle le bon moyen de ramener les coeurs?

Il y a donc d’un coté un peuple qui aspire à être indépendant et souverain et qui fait le choix de se tourner vers l’Ouest (Europe et OTAN) et d’un autre la Russie qui n’accepte simplement pas ce choix. Il faut dire que le peuple Ukrainien est divisé sur le sujet avant 2014 il était pro russe et aprés 2014 et est devenu pro européen. Depuis ce jour on présente l’Ukraine comme devant faire un choix. Soit l’un soit l’autre. La Russie aurait pu attendre que l’alternative se fasse. Les Ukrainiens fatigués de la corruption de du président Zelensky auraient pu choisir un gouvernement prorusse…

Voici maintenant la réponse russe sur cette guerre par l’ambassadeur de la Russie.

Si l’Ukraine veut libérer l’Ukraine des Nazis, le journaliste pose une trés bonne question en disant qu’il y a aussi des nazis en Suisse et se demande si on devrait s’attendre à voir l’armée russe arriver en Suisse.

Autre question intéressante : En Janvier les russes disaient que jamais il n’allaient envahir l’Ukraine. Maintenant comment devra-t-on vous croire.

Conclusion

Si mon avis n’est que mon avis et je il ne se base que sur mon sentiment, le voici. Poutine a perdu l’Ukraine. Il pensait que les russes et les ukrainiens étaient les mêmes peuples. Mais les ukrainiens ont aussi des liens avec les polonais. Ils sont un peuple qui pendant 30 ans a commencé à se construire. Depuis 1990 l’Ukraine existe. Sortir du communiste n’est pas facile. Il y a eu tout à construire.  Mais durant cette période une identité s’est construite.  D’un coté je comprends Poutine qui ne veut pas que les américain s’installent à leur frontière mais j’ai vraiment l’impression que Poutine n’accepte pas la volonté du peuple ukrainien à disposer librement de son destin. Envahir l’Ukraine ne va faire que renforcer un sentiment patriotique contre l’ennemie qui est la Russie. Dans un conflit normalement on écoute les deux partis et chacun fait un pas vers l’autre. On essaye de se comprendre. Avec cette guerre chacun renforce ses sentiments et cela devient de plus en plus difficile à concilier les deux camps. Traumatiser par les bombes et cette guerre, les ukrainiens vont avoir la haine contre Poutine. Même si il arrive a conquérir tout le pays, à renverser le gouvernement et à organiser un référendum pour un rattachement de l’Ukraine à la fédération de Russie j’ai du mal à imaginer que les résultats seront crédibles  Même si il gagne la guerre Poutine a perdu l’Ukraine.

Il n’y a pas de contrôle de l’épidémie grâce au vaccin.

Un an aprés avoir commencer la vaccination on peut avoir un début de recul sur l’efficacité du vaccin anti covid.

2021 a été une année impressionnante. De nombreux pays ont beaucoup espéré sur la vaccination. C’était la solution. On va retrouver grâce au vaccin la vie d’avant.

Mais trés vite on a sû qu’on pouvait attrapé le covid et le transmettre en étant vacciné.Il a fallut 6 mois pour cette information devienne évidente. Aujourd’hui on voit qu’alors que la vaccination est trés élevé, il y une explosion des contamination.

Mais il faut ajouter cependant que la vaccination a fait diminuer le nombre de cas à l’hopital et le nombre de mort. Donc le vaccin a une certaine éfficacité.

La ballance bénéfice risque chez les sujet jeune n’est pas bonne. L’OMS ne recommande pas de vacciner les enfants et l’inventeur de la technologie ARNm Robert Malone affirme que ce serait dangereux pour les enfant

Des études ont analysées quand les personnes vaccinés contracte le covid. Les jeunes le contractent dans les 3 premières semaines et les sujets plus agès vers les semaines 20 à 25.

Autre comparaison intéressante. Les pays riches ont moins bien géré l’épidémie. Il y a eu plus de mort et plus de cas. Les pays riches ont été les plus vaccinés.

Hypothèses : les pays riches ont plus de personnes agées et ce sont elles qui sont le plus exposée. Une autre explication pourrait être avancé est que dans les pays riches les médecins ont été écartés des soins. Chaque personne est individuelle et on ne peut pas traiter la masse de la population comme si tout le monde était semblable. Il n’y a pas eu de traitement dans les pays riches.

Les pays pauvres ont impliqués les médecins et ont utilisés des traitements.

Conclusion

On peut se poser des questions sur la vrai raison du passe sanitaire ou vaccinal. Si on sait que le vaccin réduit uniquement la mortalité et particulièrement des personnes agées mais n’a pas d’impact sur la diminution de l’épidémie pourquoi imposer un passe vaccinale. Ce n’est pas pour une raison épidémiologique. De plus en plus il est évident que ce domaine ressemble à une religion.

Entre la réalité et l’objectif c’est l’objectif qui doit dominer sur la réalité